Nous avons demandé, et Philipp Klein a répondu. Le skieur freeride, photographe et cinéaste de 28 ans a déclenché une tendance mondiale avec sa vidéo d’animation stop motion intitulée « Freeride At Home » réalisée dans le cadre du défi #HomePro

Lorsqu’il n’est pas en train de créer ou de faire le plein d’aventures, Philipp travaille dans la planification des ventes pour le constructeur automobile SEAT. À l’inverse, lorsqu’il crée et fait le plein d’aventures, Philipp capture du contenu comme la photo ci-dessous, qui lui a valu un GoPro Award. C’est grâce à ce prix qu’il possède la caméra HERO7 Black qu’il a utilisée pour filmer « Freeride At Home ». 

Philipp Klein, lauréat du défi #HomePro, raconte comment il a fait le buzz.

On aimerait prendre ne serait-ce que la moitié du plaisir que Philipp semble éprouver chaque jour ; il est plein d’ondes positives ! Nous l’avons interrogé pour en savoir plus sur sa vie avant et après le défi #HomePro, et pour obtenir des détails sur la réalisation de la vidéo « Freeride At Home ».

En bref, Philipp explique qu’il a connecté sa caméra à l’application GoPro, qu’il l’a fixée au plafond et qu’il a commencé à capturer lentement ses mouvements. 

« Une fonctionnalité qui pourrait presque passer inaperçue sur l’application GoPro, et qui est très utile pour l’animation stop motion, est que l’on peut faire défiler toutes les images très rapidement », explique Philipp. « Ainsi, dès les images capturées, j’ai pu voir si mon animation fonctionnait : ce qu’il était nécessaire de recommencer et ce qui était réussi ! »

Découvrez toutes les étapes du processus dans la vidéo YouTube ci-dessus. Et si vous voulez en apprendre un peu plus sur Philipp, voici son histoire selon ses propres mots :

Normalement, je suis très actif et je passe la plupart de mes week-ends à skier/escalader/faire de l’alpinisme. J’ai donc besoin de quelque chose de robuste, de compact et de léger, et cette caméra est parfaite pour ça. Depuis que j’ai la caméra HERO7 Black, je peux poster beaucoup plus de contenus, en particulier des vidéos, grâce à sa stabilisation impressionnante.

Juste avant le début du confinement en Espagne, je devais me rendre en France pour skier en famille pendant une semaine. Le 16 mars, jour du départ, l’Espagne mettait en place des mesures de confinement. J’aurais pu prendre un bus pour me rendre en France, mais cela ne semblait ni pratique ni moral d’aller skier tandis que des gens risquaient leur vie dans mon pays. J’ai alors décidé de ne pas partir, et j’ai perdu l’argent de mes réservations. Partir à ce moment-là ne me semblait juste pas possible. 

Puisque j’étais à la maison, j’ai continué à travailler et je me suis forcé à rester actif, comme si la vie normale suivait son cours : travail, entraînement, guitare, lecture, etc. Au fur et à mesure que les jours passaient, j’ai commencé à voir beaucoup de vidéos amusantes avec des personnes qui pratiquaient des sports en plein air chez eux. J’ai trouvé ça cool et je me suis dit que j’adorerais en faire une, mais je ne voulais pas faire la même chose que tout le monde. Il fallait que ma vidéo soit originale et positive. Il était important pour moi que le produit fini transmette un message positif, car je souhaitais vraiment que ma famille et mes amis oublient la situation sanitaire actuelle pendant un moment et se réjouissent un peu. J’en avais assez des mauvaises nouvelles, et je voulais y remédier en donnant le sourire.

Je ne me suis pas mis la pression. J’ai juste pensé que si je trouvais une idée originale, je la filmerais. Quelques jours plus tard, l’idée m’est venue et je n’ai plus pensé à autre chose. Mon cerveau était comme en ébullition tandis que j’essayais de déterminer si c’était réalisable et, le cas échéant, comment cela pouvait être réalisé avec les moyens limités dont je disposais. J’ai passé une journée à élaborer l’histoire pour qu’elle soit drôle, joyeuse et simple, et qu’elle transmette un message positif : « Restez chez vous ». 

J’ai attendu d’avoir une bonne lumière dans la pièce, puis je me suis lancé. J’ai dû déplacer le mobilier, installer la caméra (HERO7 Black, littéralement scotchée au plafond), mettre mon matériel de ski et tout filmer seul. J’ai failli mourir de chaud, mais je me suis énormément amusé ! Beaucoup de choses se sont révélées aussi simples que sur le papier, mais pour d’autres, j’ai dû improviser en fonction de ce qui fonctionnait ou pas. Après six heures de boulot, c’était dans la boîte.

Il m’a ensuite fallu quatre heures de montage dans Final Cut Pro. Ce qui m’a pris le plus de temps, c’est le montage son : je voulais qu’en fermant les yeux, on ait l’impression de vivre une véritable aventure en montagne.

J’ai posté la vidéo, et l’engouement a été immédiat. Je ne m’attendais pas à ça. Je savais que c’était du bon boulot et que le résultat était assez proche de mon idée originale, mais je n’ai jamais pensé que la vidéo aurait un tel succès, si vite. De grandes agences de presse m’appellent à toute heure pour en parler ! C’est incroyable, mais je sais que tout ce buzz s’arrêtera aussi vite qu’il a démarré, et que je vais bientôt retrouver ma vie « normale ». 

Mon dernier conseil pour la pandémie serait de se concentrer sur le positif. C’est la seule façon de mettre à profit ce temps pour se reconnecter à soi-même, au lieu d’attendre impatiemment que la vie « normale » reprenne son cours. Après tout, nous nous sommes tous déjà dit : « si j’avais plus de temps, je pourrais… » Eh bien, maintenant que nous avons ce temps, c’est à nous de décider comment l’utiliser !

 

Bien dit, Philipp ! Vous pouvez suivre les futures aventures de Philipp sur YouTube et sur @philippklein. Et si vous vous sentez inspiré, vous pouvez participer au défi #HomePro sur GoPro Awards.